L’arrestation d’Arsène Lupin (1)

C’est avec une certaine émotion – pour ne pas dire une émotion certaine – que tout amateur, un tant soit peu collectionneur, des aventures d’Arsène Lupin, découvre en tournant la page 707 du magazine « Je sais tout » de Juillet 1905 (n° 6), la première mais aussi celle qui aurait du être… la dernière aventure du « gentleman cambrioleur » !

La nouvelle a pour titre : L’Arrestation d’Arsène Lupin, son auteur est quasiment inconnu du grand public et signe de son vrai nom : Maurice LEBLANC.

Un numéro historique pour... une aventure historique !

Sur sept pages (708 à 714), aujourd’hui « mythiques », s’étale au grand jour, sur le beau papier couché de la revue – tirant désormais à 275.000 exemplaires – l’extraordinaire aventure d’un « coquin de grande envergure », comme le dit si justement la note de présentation de la nouvelle.

Bien étrange voyage en vérité !

Celui-ci avait pourtant si bien commencé à bord de La Provence

La Provence

La Provence, le tout nouveau transatlantique lancé en 1905 à Saint-Nazaire et dont le premier voyage transportera ses passagers du Havre à New York en avril 1906… un an – pratiquement – après « l’épisode Lupin » !!

Si l’on en croit les spécialistes de la « geste lupinienne », ce serait, en fait, au cours de l’été 1901, qu’Arsène Lupin, en croisière sur ce bateau, fit la cour à Miss Nelly Underdown sous le nom de « Bernard d’Andrézy » et fut arrêté, à son arrivée à New York, par l’inspecteur Ganimard.

Diable de Maurice LEBLANC ! Déjà à essayer de nous berner… tout à son aise, aussi bien dans l’art de « cambrioler » l’histoire de France (voir, en particulier, L’Aiguille creuse) que dans celui de nous faire voyager… dans le temps !

Bien qu’Arsène Lupin soit au sommet de sa gloire dans cette nouvelle, il faudra être patient et attendre La Comtesse de Cagliostro, en 1924, pour pouvoir esquisser une reconstitution biographique du personnage.

Oui, Lupin est célèbre mais… personne ne connaît ses traits ! A part, bien sûr, Ganimard et Maurice LEBLANC !!

Bien que tiré à un nombre conséquent d’exemplaires, ce fameux n° 6 du magazine Je sais tout n’est pas facile à trouver complet et en bon état d’autant plus qu’il s’y trouve la fin d’un article de l’illustre Sarah BERNHARDT posant un regard sur sa vie.

Ainsi, avec un peu de fantaisie, on peut dire que… très tôt, Lupin se tint à l’ombre de Bernard et tant que l’on est au « rayon farces et attrapes », notez que la nouvelle est illustrée de deux compositions d’un certain G. LEROUX (en fait, Georges LEROUX) !

ment votre…

A. Lupinès

PS : La version originale de cette nouvelle est accessible sur le site de la BNF comme tout plein d’autres choses passionnantes, cependant la couleur y fait défaut… dommage pour la couverture de ce numéro dont la fraîcheur est toute estivale :

L’arrestation d’Arsène Lupin – in Je sais tout
Source: Bibliothèque nationale de France (Paris)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :