1890/11 : Des couples (1)

C’est le titre donné au premier recueil de « contes » de Maurice LEBLANC, l’ouvrage est dédié « au maître Guy de MAUPASSANT » pour qui le jeune écrivain (26 ans) a une profonde admiration… le but de sa vie n’est-il pas de devenir « Maupassant ou rien » !

Avant cela, Maurice LEBLANC avait déjà écrit un certain nombre de nouvelles à la manière du « maître » et publié grâce à lui, a-t-on écrit (*), en mars de cette même année dans la Revue Illustrée, un récit prometteur : Le Sauvetage (voir l’article sur le blog).

Le livre est publié chez Ernest KOLB en novembre 1890 à compte d’auteur avec un tirage de mille exemplaires (**).

Malheureusement, je ne peux pas joindre de « scans » de l’EO du recueil… je ne l’ai pas !

(Sniff, sniff ! A votre bon cœur, m’sieurs-dames !).

Selon Maurice LEBLANC, seulement trente à quarante exemplaires auraient été vendus et un certain nombre envoyés par l’auteur aux écrivains « importants » de l’époque, notamment un, dédicacé au « maître », dont le jeune écrivain attendait à n’en pas douter, l’ « avis » avec une certaine… appréhension impatiente !).

Le « maître » a-t-il seulement lu l’élève !? Si c’est le cas, il n’en a rien laissé paraître

Hélas pour Maurice LEBLANC : on parla peu, voir pas du tout de ce premier livre à l’exception cependant d’un article élogieux paru dans Le Voleur illustré (20/11/1890), celui-là même qui annonça la publication de l’ouvrage… mais, il ne faut pas rêver : l’article est signé René MOROT, l’un des meilleurs amis de Maurice LEBLANC !

Dans le recueil : sept nouvelles

1 – La Fortune de Monsieur Fouque, repris dans le Gil Blas illustré du 18/12/1892 au 29/01/1893 et dans Le Nouveau Magazine (12/1909), puis sous le titre La Faute de Julie (voir l’article sur le blog).

2 – Mon amie, Madame Rollet, repris dans le fascicule La Faute de Julie.

3 – Les époux Dumouchel, repris sous le titre L’étreinte dans le Gil Blas du 24/04/1896 au 2/05/1896, puis sous le titre Un vilain couple (voir l’article sur le blog).

4 – Un amour, repris dans le fascicule Un vilain couple.

5 – Le Fils aux Duramé, publié dans Le Voleur illustré (20/11/1890) qui annonce la publication de l’ouvrage de Maurice LEBLANC, puis dans le Gil Blas (27/08/1894) sous le titre La Maison vide.

6 – Roméo et Juliette, repris dans le Gil Blas illustré (29/04/1894) avec un dessin de STEINLEN.

7 – Le Devoir, repris dans le Gil Blas (30/07/1894) sous le titre Les Faux Devoirs.

Le cadre des nouvelles est bien entendu la Normandie et bien plus encore… la vie provinciale dans toute sa « splendeur » :

La Fortune de Monsieur Fouque : c’est le cocufiage d’un bourgeois vaniteux qui connaît enfin le bonheur parce que sa femme le trompe et qu’enfin… on parle de lui !
Les époux Dumouchel : c’est la vie mesquine de la petite bourgeoisie.
Le Fils aux Duramé : c’est la cupidité et la substitution d’enfants.

(C’est-y pas beau tout ça, mon bon monsieur ! Pour un début en littérature : c’est du propre !)

ment votre…

A. Lupinès

Crédits :

Pour les éléments biographiques : Maurice LEBLANC Arsène LUPIN malgré lui de Jacques DEROUARD aux éditions Séguier (1ère édition 1989, 2ème édition revue et corrigée 2001).

Pour la bibliographie : « Bibliographie chronologique » in Maurice LEBLANC Volume 4 aux éditions du Masque-Hachette-Livre.

(*) Source de l’information : préface de Jacques DEROUARD lors de la réédition Des couples aux éditions des falaises en 2002 (voir l’article sur le blog). Pour ma part, je doute fortement de la protection accordée par le « maître » !?

(**) Mille exemplaires est un tirage qui paraît bien lourd pour ce type d’édition ! C’est pourtant Maurice LEBLANC qui donne ce chiffre « Cela me coûta bien huit cents francs : on en tira mille exemplaires ». Curieux, puisque l’on peut raisonnablement estimer de 300 à 500 exemplaires, à cette époque, le tirage des éditions originales pour un écrivain déjà connu !?

La question du « tirage » est d’ailleurs un grand mystère chez Maurice LEBLANC à tel point que, même aujourd’hui, je n’ai pas l’impression que l’on puisse déterminer avec précision le tirage des éditions originales des « Lupins » (si quelqu’un a des infos à ce propos, surtout qu’il n’hésite pas, je reviendrai sur le sujet à l’occasion des articles sur les éditions concernées)…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :