La lampe juive (1)

Le match « Herlock Sholmès – Arsène Lupin » est relancé avec le n° 32 du magazine Je sais tout (Septembre 1907) :

La Lampe juive, 1ère partie, pages 221 à 233 de la revue (illustrations d’A. DE PARYS).

Cette nouvelle aventure, donnée en deux parties dans le magazine, commence au 219, Parker Street où Sholmès reçoit, ce matin-là, deux lettres venant de Paris : une demande d’assistance du baron Victor d’Imblevalle concernant un vol étrange commis chez lui et une mise en garde d’Arsène Lupin lui conseillant de ne pas intervenir dans cette affaire !

C’était bien mal connaître le détective anglais qui reprend sur le champ, avec son compère Wilson, le chemin de la France. A peine descendu du train, Sholmès est abordé par une inconnue… elle le supplie de retourner en Angleterre alors que, sur le quai, un comité d’accueil annonce à grand renfort de placards publicitaires l’arrivée du champion anglais :

Sholmès – Lupin : les paris sont ouverts !

Le baron expose les faits au détective : son domicile a été cambriolé or, il n’a constaté que la disparition d’une lampe « juive » sans intérêt pour elle-même mais qui… servait de cachette à un bijou de grande valeur !

Pour Sholmès, l’effraction n’est qu’une mise en scène orchestrée par Arsène Lupin et destinée à détourner les soupçons de l’entourage du baron… entourage où il reconnaît l’inconnue du train : Mlle Alice Demun, gouvernante ès qualité !?

Tandis que nos amis anglais s’endorment tranquillement cette nuit-là… la demeure du baron est de nouveau cambriolée. Un scénario identique se reproduit mais, cette fois, des objets de valeurs sont dérobés et Wilson écope d’un coup de couteau dangereux !

Herlock Sholmès surveille les faits et gestes de la gouvernante… il découvre qu’elle rend visite, de temps en temps, à un certain Bresson dont l’allure pourrait bien correspondre à celle d’Arsène Lupin : c’est, du moins, l’avis de l’inspecteur principal Ganimard appelé en renfort.

Les deux hommes suivent Bresson dans Paris… celui-ci emporte un paquet sous le bras, paquet qui disparaît alors que Bresson longe la Seine avant de revenir chez lui.

Sholmès et Ganimard décident d’arrêter Bresson sans plus attendre croyant ainsi arrêter… Arsène Lupin !

Alors qu’ils enfoncent la porte, deux coups de feu retentissent : Bresson gît, face contre terre, un révolver dans sa main… mais voilà : Arsène Lupin n’est pas homme à se tuer !!

Ce soir là, Herlock Sholmès se coucha de fort mauvaise humeur. A son réveil, il reçut un pneumatique :

Qui était donc Bresson ?

La fin au prochain numéro…

ment votre…

A. Lupinès

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :